• Tafraoute le 2 février.

    Nous restons un jour pour visiter la ville, la palmeraie et acheter des babouches.

    Il fait un beau soleil sous un ciel bleu, mais le fond de l’air est frais. Nous demandons à un mécano sur place de nous réparer le siège passager qu’on ne pouvait plus déplacer. Il répare pour 5 euros.

    2 février Tafraoute

    fabrication du couscous

    2 février Tafraoute

    2 février Tafraoute

    Nous mangeons à midi le couscous commandé hier, il est excellent.

    2 février Tafraoute

    J’essaie de faire une sieste, mais malheureusement un groupe vient discuter juste à quelques mètres de notre camping car ! Nous décidons alors d’aller visiter la ville et la palmeraie où malheureusement de nombreux cc et camions font du sauvage.

    2 février Tafraoute

    Nous allons troquer des vêtements contre quelques bijoux, mais c’est toujours de l’arnaque, Monique achète quand même un bracelet et une pierre.

    Nous allons ensuite acheter des babouches et négociation difficile, alors je change de boutique et j’obtiens ce que je souhaite.

    2 février Tafraoute

    2 février Tafraoute

    Nous retournons doucement au camping, le temps se rafraîchit très vite et la nuit tombe.

     

    Demain direction Taroudant.


    2 commentaires
  •  Ce matin je voulais prendre un taxi, mais ils ne sont arrivés qu’à 9h30 et nous avions décidé d’aller à Goulimine en camping car. Nous suivons nos voisins de camping jusqu’au parking du amrché où j’ai la chance qu’un camping car s’en va.

    1er février, de Goulimine à Tafraoute

                                            en route vers le marché

    1er février, de Goulimine à Tafraoute

    Première chose en arrivant, Monique négocie un collier avec un Sarahoui.

    Le marché est assez important avec un monde fou.

    1er février, de Goulimine à Tafraoute

    le chameau souriant

    1er février, de Goulimine à Tafraoute

    celui-ci aussi est souriant, il a de balles dents

    1er février, de Goulimine à Tafraoute

    le troupeau de dromadaires

    1er février, de Goulimine à Tafraoute

    les chèvres

    1er février, de Goulimine à Tafraoute

    les chameaux

    Les dromadaires d’un côté, les chèvres d’un autre et les moutons et les bovins. C’est assez hépique de voir comment ils font monter les vaches dans leur charrettes ! Pour les moutons et les chèvres, c’est quand même plus facile. Comme Marie-Reine nous a écrit sur le blog, il faut voir les dents pour leur âge, j’ai pris de belles photos de dromadaires souriants.

    1er février, de Goulimine à Tafraoute

    le marché aux légumes

    1er février, de Goulimine à Tafraoute

    Monique fait ses courses

    1er février, de Goulimine à Tafraoute

    les dindes

     

    Nous allons ensuite au marché contigu aux fruits et légumes et viandes. De très beaux légumes pas chers. Des dindes de 20 kg. Des chèvres et des lapins, poulets qui attendent d’être abattus puis dépecés ou déplumés. Il y a un monde fou, mais tout se passe bien, chacun fait son marché.

    1er février, de Goulimine à Tafraoute

    les amandiers en fleurs

    1er février, de Goulimine à Tafraoute

    les oueds manquent d'eau

    1er février, de Goulimine à Tafraoute

     

    1er février, de Goulimine à Tafraoute

    paysages

    1er février, de Goulimine à Tafraoute

     

    un village

    1er février, de Goulimine à Tafraoute

     

     

     

    Nous partons ensuite pour Tafraoute et décidons de prendre la route par la montagne pour les paysages. Nous évitons les grands axes et passons par Bouizakarne, puis Timoulaye et là, deux solutions, nous prenons la plus courte, mais nous ne savions pas qu’il y avait des travaux ! Nous passons donc par la T104 et la R104, Ifrane, Tiffermit, Had Tahala, puis Tafraoute. Dans ce sens, çà passe, mais dans l’autre sens, je ne serai pas passé. Il y a des travaux sur plus de 40 km et donc un peu de piste et des gros graviers sur la route défoncée. A certains endroits je n’aurais pas pu monter la côte. Les paysages sont magnifiques, des amandiers en fleurs, des montagnes, des villages avec de jolies maisons. En arrivant à Tafraoute, les filles sont très voilées et habillées d’un fin drap noir de la tête aux pieds.

     

    1er février, de Goulimine à Tafraoute

    retour du travail

    1er février, de Goulimine à Tafraoute

    Nous nous arrêtons au premier camping, le Tazkat. Il reste quelques places et il y a deux autres campings près de la ville bien remplis.

    1er février, de Goulimine à Tafraoute

    comme partout la colombe représente la paix

    Nous allons faire un tour en ville à 1 km. Très jolie ville, bien propre, bien décorée et les gens se promènent, c’est le samedi soir. Les filles disent à Monique que c’est leur jour de congé, elles se promènent, elles vont aller au restaurant pendant que les maris gardent les enfants. Ensuite elles regagneront leur foyer.

    1er février, de Goulimine à Tafraoute

    les boutiques de babouches

    Nous admirons les boutiques de babouches car Trafaoute est la ville des babouches et demain nous viendrons nous approvisionner. Nous rentrons au camping, il fait 11°, il faut dire que nous sommes à 1010 mètres d’altitude.

    1er février, de Goulimine à Tafraoute

    tafraoute centre

    1er février, de Goulimine à Tafraoute

    1er février, de Goulimine à Tafraoute

     

    nous pouvons admirer le magnifique coucher de soleil et la couleur rouge sur les rochers et la montagne.

    Il fait un peu plus froid qu’à Goulimine, la porte du sahara. Demain repos, promenade.


    3 commentaires
  • 31 janvier : Aglou vers Abaynou

    Aglou vers Goulimine 31 janvier

    entrée Sidi Ifni

    Aglou vers Goulimine 31 janvier

    Sidi Ifni

     

    Nous partons vers Abaynou (Goulimine), en passant par Sidi Ifni

    Aglou vers Goulimine 31 janvier

    Aglou vers Goulimine 31 janvier

    Aglou vers Goulimine 31 janvier

     

     

    Belle route sinueuse entre mer et montagne. De très jolis paysages.

     

    Nous arrivons à 12h30 à Abaynou et le camping est plein, mais nous pouvons nous installer dans l’annexe sans électricité.  Ici, possibilité de prendre des bains dans la piscine avec une eau chaude à 38°. C’est une station thermale. Les eaux sont exploitées dans la rééducation vasomotrice et antalgique. Il s’agit d’une eau fortement minéralisée, mais nous n’avons pas pris nos maillots de bain.

    Aglou vers Goulimine 31 janvier

     

    Nous allons faire une promenade dans la palmeraie, toujours agréable.

    Aglou vers Goulimine 31 janvier

    la poste

     

    Demain matin nous devrions aller voir le « marché aux chameaux ».

     


    3 commentaires
  •  Ce matin je fais un point sur le salon de la nature et j’envoie des informations à une vingtaine d’exposants. Nous attendons Ali.

    ANFOUD le couscous chez ALI le 30 janvier

    le jardin

    ANFOUD le couscous chez ALI le 30 janvier

    la réserve d'eau

    Il arrive vers 11h30 et nous partons visiter son jardin, où il y a encore des tomates, du piment, des oignons. Il a creusé un puits de 70 m de profondeur et a mis en place un système d’arrosage pour sa luzerne et aussi du goutte à goutte pour les oliviers. Il construit de partout. Il veut construire dans le jardin un bâtiment de plusieurs pièces.

    ANFOUD le couscous chez ALI le 30 janvier

    ANFOUD le couscous chez ALI le 30 janvier

    à table

     

    Nous allons ensuite manger le couscous, il est un peu tard et on nous attend. Il a invité le couple de Français qui habite à côté de chez lui : Jocelyne et Alain, ainsi que 2 Françaises qui habitent pas loin, 6 mois ici (hiver) et 6 mois à Narbonne (été). Avec le couscous ils boivent du lait caillé. Nous buvons de l’eau.

    ANFOUD le couscous chez ALI le 30 janvier

    Ensuite c’est le thé traditionnel. Puis Ali nous ramène au camping.

    ANFOUD le couscous chez ALI le 30 janvier

     

    les maisons troglodytes

    ANFOUD le couscous chez ALI le 30 janvier

    l'océan déchaîné

    Nous allons visiter les maisons troglodytes et pouvons admirer l’océan et surtout les vagues énormes.

    ANFOUD le couscous chez ALI le 30 janvier

    Le vent violent nous envoie du sable dans les yeux ! Demain direction le Sahara, mais nous n’irons pas trop loin car Mirleft et Sidi Ifni semblent intéressants.


    1 commentaire
  • 29 janvier : retrouvailles avec Ali

    29 janvier, Takat vers Aglou chez ALI

    29 janvier, Takat vers Aglou chez ALI

    29 janvier, Takat vers Aglou chez ALI

                                   la Médina de Tiznit

                                          quelques photos sur la route

    Nous allons de Takat jusqu’à Aglou plage où le camping est plein, mais il y a de la place sur une annexe.

    Nous prenons le taxi pour rendre visite à Ali, un ami avec lequel j’ai travaillé 23 ans en Normandie.

    29 janvier, Takat vers Aglou chez ALI

    Ali André Monique

    29 janvier, Takat vers Aglou chez ALI

    Ali Smina André Monique

    29 janvier, Takat vers Aglou chez ALI

    Monique Smina Malika 

    Nous nous rappelons du village, ANFOUD et nous trouvons finalement la demeure d’Ali que nous retrouvons après 6 ans. Son épouse est là également, ils vont bien et leur fille Malika est ici pour 3 mois. Elle habite en France la maison que nous avons habitée en 1968 lorsque nous avons débarqué en Normandie.

    29 janvier, Takat vers Aglou chez ALI

    les moutons d'Ali

    Monique visite la bergerie et moi je discute du bon vieux temps avec Ali et des mésaventures du temps passé. Il souhaite le bonjour au Chinois Vert comme il l’appelle, c'est-à-dire notre Ami « BILL ». ceux qui le connaissent comprendront.

     Ce soir, nous mangeons la tajine de boeuf.

    Demain rendez vous à 12h pour le couscous.


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique